Les régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées forment une seule région depuis le 1er janvier 2016.


Vous êtes dans > Accueil > Bpifrance Appui entreprises > Toutes les actus > Sud Agro Météo : des capteurs pour améliorer la compétitivité

Sud Agro Météo : des capteurs au cœur des cultures pour améliorer la compétitivité

Date de mise à jour : mardi 24 juin 2014
sud_agro_meteo_des_capteurs_pour_ameliorer_la_competitivite

Grâce à un maillage de stations hydro-climatiques positionnées au cœur des cultures, le réseau Sud Agro Météo (SAM) recueille des données de précision, permettant de surveiller de près les risques sanitaires, de mieux piloter l’irrigation et le recours aux produits phytosanitaires. « C’est une première en France. Aucune autre région n’a mis en place un tel réseau collectif de données », assure Robert Cecchetti, président de la SICA des Vergers de Mauguio (22 000 tonnes de pommes), agent de liaison entre les producteurs de pommes, très impliqués dans cette expérimentation et le Centre Expérimental Horticole de Marsillargues (CEHM), qui la pilote sous l’égide de l’association Sud Expé des trois stations d'expérimentation fruits et légumes du Languedoc-Roussillon. Sud Agro Météo réunit aujourd’hui 76 adhérents, dont 8 OP (organisation de producteurs).

Pilotage à la parcelle

« 68 stations sont aujourd’hui en place, dont 37 sur près de 1 000 hectares de vergers de pommiers, précise Xavier Crete, chef de projet au CEHM. Les informations - pluviométrie, durée d’humectage du feuillage, teneur en eau dans le sol... - permettent un pilotage à la parcelle, sur l’alerte tavelure, l’alarme gel, l’irrigation… Déjà accessibles aux producteurs, ces informations le seront au printemps 2015 via une plateforme web de visualisation des données. » Deux PME innovantes du Languedoc-Roussillon participent directement à l’expérimentation : les capteurs sont conçus par la jeune société de Lunel Agriscope et le CEHM a confié fin 2013 à la société montpelliéraine iTK la réalisation de la plateforme web.

SAM donne déjà des résultats : le président des Vergers de Mauguio Robert Cecchetti note ainsi avec satisfaction : « Nous venons d’utiliser les données SAM au printemps, pour surveiller la tavelure du pommier. Aujourd’hui, le risque est passé. » D’autres stations seront ajoutées au maillage en 2015 et le réseau couvrira au total 1 200 hectares (80 % de la surface régionale).

Une expérimentation extensible à d’autres cultures

Projet innovant pour la filière, SAM s’inscrit dans l’axe « amélioration de la compétitivité » du contrat AGIR pour les Fruits et Légumes, signé par la Région avec la Fédération des Fruits et Légumes Languedoc-Roussillon et l’Etat. Prévu sur 3 ans jusqu’en 2015, il bénéficie d’un cofinancement de la Région Languedoc-Roussillon (40 %) et de l’Europe (40 %). La Région, qui avait accompagné la première année de mise en œuvre, a signé fin 2013 une convention avec le CHEM, accordant près de 75 500 € (autant de Feder) pour l’achat d’agri-bases et la réalisation de la plateforme. « C’est rare que le Feder finance un projet agricole, remarque Robert Cecchetti, des Vergers de Mauguio, ce qui en prouve l’innovation. »

Si les producteurs de pommes sont les premiers à tester l’efficacité de SAM, l’expérimentation touche déjà d’autres cultures. Le CEHM a ainsi loué 21 stations à des producteurs pour installer « SAM » dans des cultures de vignes, d’oliviers, de melons, de maïs et semences, de fruits à noyaux et même de... carottes. 10 stations ont été achetées par des producteurs pour le développement de réseaux secondaires d’irrigation et d’alerte gel.

Aller plus loin


Vous cherchez une aide


 

Auprès de qui vous adresser



Fonds JEREMIE LR

Présentation du Fonds JEREMIE LR, prélude au Fonds FOSTER TPE-PME.

 

Mentions légales    Contact    Partenaires    Lexique    Plan du site
Un service proposé par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée en partenariat avec :